Scan the QR Code
 Les méthodes de fer­men­ta­tions se dif­fé­ren­cient
Méthode de fer­men­ta­tion sur Direct
Méthode de fer­men­ta­tion sur levain-levure
Méthode de fer­men­ta­tion sur Poo­lish
Doses moyennes de levure et durée de fer­men­ta­tion d’une poo­lish
Com­mande à réa­li­ser sur poo­lish
Pani­fi­ca­tion sur Poo­lish Vien­noise
Pani­fi­ca­tion sur Poo­lish Fran­çaise
Pani­fi­ca­tion sur Poo­lish 1/3
Pla­ni­fi­ca­tion d’un tra­vail sur Poo­lish

Méthode de fer­men­ta­tion sur pâte fer­men­tée
Carte men­tale

 Les méthodes de fer­men­ta­tions se dif­fé­ren­cient par :

  • L’identité de l’agent de fer­men­ta­tion (levure sur direct, sur poo­lish, sur pâte fer­men­tée, sur levain-levure ou sur levain natu­rel),
  • L’organisation des dif­fé­rentes phases de pani­fi­ca­tion et le choix du mode de pétris­sage,
  • L’utilisation de chambres froides ou chambres à pousse contrô­lée.

Le bou­lan­ger a donc la pos­si­bi­li­té d’ef­fec­tuer le choix de l’agent fer­men­taire et de la méthode de fer­men­ta­tion.

Il peut éga­le­ment agir sur la durée de l’ap­prêt en adop­tant une méthode de fer­men­ta­tion dif­fé­rente :

  • Soit une «Fer­men­ta­tion en direct» ou» tra­vail en direct» qui se déroule à tem­pé­ra­ture ambiante en pari­sien.
  • Soit en pousse contrô­lée (fer­men­ta­tion dif­fé­rée), à l’aide d’une chambre de fer­men­ta­tion contrô­lée adap­tée à la méthode choi­sie.

Retour haut de page

Méthode de fer­men­ta­tion sur Direct

La fer­men­ta­tion sur direct consiste à appor­ter uni­que­ment de la levure de bou­lan­ge­rie à la pétris­sée, sans apport de pré­fer­men­ta­tion (pas de pâte fer­men­tée, ni levain natu­rel, ni poo­lish, ni levain-levure).

Sur direct
Dans cette méthode la levure est le seul agent de fer­men­ta­tion.

La levure peut être diluée dans l’eau de cou­lage ou émiet­tée sur la pâte au début du pétris­sage.

La dose usuelle de levure est d’en­vi­ron 1,5 à 2% du poids de farine.

Cette méthode de pani­fi­ca­tion convient plus par­ti­cu­liè­re­ment à la pro­duc­tion de pari­siens, de baguettes et de petites pièces.

Le res­pect des étapes de la fer­men­ta­tion et de la durée de celle-ci, ain­si qu’un pétris­sage appro­prié sont essen­tiels pour la qua­li­té finale des pro­duits.

Carac­tères orga­no­lep­tiques du pain sur direct :

Le pain obte­nu pos­sède une saveur plus dis­crète que celui obte­nu par une méthode indi­recte :

  • Le volume des pains est impor­tant,
  • La croûte est fine, friable et dorée,
  • L’alvéolage de la mie est régu­lier,
  • L’acidité est inexis­tante,
  • Le pou­voir d’imbibition de la mie est éle­vé,
  • La conser­va­tion du pain est de faible durée.

http://www.technomitron.aainb.com/photo/module11/M11201_600.JPG

Retour haut de page

Méthode de fer­men­ta­tion sur levain-levure

Mal­gré son nom, cette méthode ne peut pré­tendre à l’appellation “ sur levain ”.

Elle consiste à pré­pa­rer avec de la levure, un levain à par­tir d’un tiers de l’eau de cou­lage des­ti­née à la pétris­sée entière.

Après une durée de fer­men­ta­tion de 3 à 18 heures, le levain-levure est ajou­té en début de pétris­sage dans l’eau de cou­lage.

La méthode sur levain-levure

Ce levain fer­mente durant 3 à 18 heures en fonc­tion de la quan­ti­té de levure incor­po­rée et de la tem­pé­ra­ture ambiante.
Le sel est ajou­té seule­ment lors du pétris­sage final de la pâte.
Cette méthode favo­rise la prise de force et déve­loppe les arômes du pain.

Elle convient avec les farines qui ont peu de téna­ci­té.

Elle est uti­li­sable pour la fabri­ca­tion du pain de tra­di­tion fran­çaise 

Carac­tères orga­no­lep­tiques du pain sur levain-levure

Le pain obte­nu pos­sède une saveur légè­re­ment aci­du­lée :

  • le volume des pains est cor­rect,
  • la croûte est modé­ré­ment épaisse et colo­rée,
  • l’alvéolage de la mie est irré­gu­lier,
  • l’acidité est peu impor­tante,
  • le pou­voir d’imbibition de la mie est modé­ré,
  • la conser­va­tion du pain est de bonne durée

http://www.technomitron.aainb.com/photo/module11/M11209_600.JPG

Appel­la­tions et uti­li­sa­tion du levain de pâte et du levain-levure

Les termes “ levain de pâte ” et “ levain-levure ” dési­gnent dans la ter­mi­no­lo­gie pro­fes­sion­nelle fran­çaise une frac­tion d’une pâte bou­lan­gère des­ti­née à ense­men­cer une pâte ulté­rieure qui rece­vra, ou non, une dose de levure pour par­ache­ver la fer­men­ta­tion panaire.

Prise dans leur sens le plus large, ces appel­la­tions couvrent les divers aspects du tra­vail indi­rect à la levure.
Elles ne per­mettent pas d’utiliser la déno­mi­na­tion “ Pain au levain ”.

http://www.technomitron.aainb.com/photo/module11/M11225_600.jpg

Com­pa­rai­son des
carac­tères orga­no­lep­tiques

Vidéo

http://www.technomitron.aainb.com/Videos/course162-11d.htm

Retour haut de page

Méthode de fer­men­ta­tion sur Poo­lish

La poo­lish est une culture de levures de bou­lan­ge­rie réa­li­sée sur un mélange, semi-liquide en quan­ti­tés égales d’eau et de farine, ain­si que d’une dose variable de levure en fonc­tion de la durée de fer­men­ta­tion. C’est la poo­lish qui appor­te­ra les fer­ments néces­saires à la pétris­sée.

La méthode sur Poo­lish, a pour ori­gine la Pologne et l’Autriche, où les bou­lan­gers, à la fin du 19e siècle, uti­li­saient la levure de bière, et pour pal­lier les irré­gu­la­ri­tés fer­men­taires, uti­li­saient cette levure avec une pré­fer­men­ta­tion liquide appe­lée poo­lish.
A l’origine la Poo­lish repré­sen­tait les 4/5 du cou­lage total. Mais lorsqu’elle fut impor­tée en France au début du XXe siècle, les bou­lan­gers fran­çais uti­li­sèrent des Poo­lish de ½, d’où le nom de Poo­lish Fran­çaise pour cette Poo­lish de moi­tié. Cette der­nière contri­bua lar­ge­ment au suc­cès et à la créa­tion de la baguette fran­çaise.

http://www.technomitron.aainb.com/photo/module11/M11005_600.JPG

La poo­lish

Le volume de la poo­lish est fixé par rap­port à la quan­ti­té totale d’eau d’une pétris­sée. Il peut varier entre 1/3 et 4/5 de la masse totale d’eau de cou­lage.

La pétris­sée finale est réa­li­sée avec les ingré­dients res­tants addi­tion­nés à la poo­lish.

La poo­lish vien­noise de 4/5 est à l’origine de cette méthode de pani­fi­ca­tion.

La poo­lish fran­çaise de 1/2 a contri­bué à la répu­ta­tion de la baguette fran­çaise.

La durée de fer­men­ta­tion d’une poo­lish peut varier entre 2 et 18 heures, elle joue un rôle impor­tant dans la force de la pâte et dans la saveur finale du pain.

Une fer­men­ta­tion de la poo­lish de courte durée apporte peu de qua­li­tés gus­ta­tives au pain.

Une fer­men­ta­tion de longue durée ou une pro­por­tion de poo­lish impor­tante apporte de grandes qua­li­tés gus­ta­tives au pain, mais aug­mente consi­dé­ra­ble­ment la force de la pâte.

La fer­men­ta­tion sur poo­lish convient :

  • aux farines très faibles (ex: W120) elle déve­loppe plus la force et per­met une meilleur tenue des pâtes.
  • aux farines hyper-amy­la­siques, les levures consomment alors une par­tie l’excédent de sucres et freinent la colo­ra­tion de la croûte à la cuis­son.
  • aux pâtes col­lantes liées aux farines hyper-enzy­ma­tiques.

Carac­tères orga­no­lep­tiques du pain sur poo­lish :

  • Le pain sur poo­lish pos­sède un léger arôme de noi­sette,
  • le volume des pains est moyen,
  • la croûte est jaune très clair,
  • les alvéoles de la mie sont longues est irré­gu­lières,
  • l’acidité est faible, mais la fla­veur de la mie reste agréable, avec des ten­dances lac­tiques.
  • le pou­voir d’imbibition de la mie est moyen,
  • la durée de conser­va­tion du pain est satis­fai­sante.

http://www.technomitron.aainb.com/photo/module11/M11202_600.JPG

Retour haut de page

 A titre infor­ma­tif : doses moyennes de levure en fonc­tion de la durée de fer­men­ta­tion d’une poo­lish :

Dose de levure au kg de farine de poo­lish Durée de fer­men­ta­tion de la poo­lish
(tem­pé­ra­ture ambiante) (22°C  – 24°C )
20 à 25 g/kg 2 heures
15 à 20 g/kg 3 heures
15 g/kg 4 heures
10 g/kg 5 heures
7 g/kg 7 heures
4 g/kg 12 heures
2 g/kg 16 heures
1 g/kg 18 heures

Retour haut de page

 Com­mande à réa­li­ser en pani­fi­ca­tion sur Poo­lish

Com­mande à réa­li­ser :

Dési­gna­tion Poids en pâte Nombre à réa­li­ser Masse totale
Pari­siens 0,550 kg 4 2,200 kg
Baguettes 0,350 kg 10 3,500 kg
Bâtards 0,400 kg 5 2,000 kg
Petits pains 0,100 kg 8 0,800 kg
    Masse à réa­li­ser 8,500 kg

Retour haut de page

 Pani­fi­ca­tion sur Poo­lish Vien­noise (4/5)

Durée de Fer­men­ta­tion de la Poo­lish de 14 h 00

Ingré­dients totaux Poo­lish Vien­noise 4/5 Pétris­sée
Base Ingré­dients A réa­li­ser Ingré­dients A peser Ingré­dients A peser
1000 Farine 5000 g Farine 2560 g Farine 2440 g
640 Eau 3200 g Eau (4/5) 2560 g Eau 640 g
18 Sel 90 g     Sel 90 g
12 Levure 60 g Levure :Dose 3 g/kg 8 g Levure 52 g
30 Malt 150 g     Malt 150 g
      Masse poo­lish 5130 g Poo­lish 5130 g
1700 Masse totale 8500 g   Masse totale 8500 g
    Pétrin axe oblique
Pétris­sage 1ere V = 4 min
Pétris­sage 2e V = 10 min
T° de Base Poo­lish = 70 T° Base Pétris­sée = 56
T° Poo­lish = 25°C T° Pâte 24°C
Fer­men­ta­tion Poo­lish = 14h00 Poin­tage en masse : 45 min
Apprêt = 1h15 à 1h30

Cal­cul de la tem­pé­ra­ture de l’eau de cou­lage de la pétris­sée :

T° Eau de cou­lage de la pétris­sée = T° Base - [(T° Farine + T° Poo­lish) /2 + T° Four­nil]

Retour haut de page

 Pani­fi­ca­tion sur Poo­lish Fran­çaise (1/2)

Durée de Fer­men­ta­tion de la Poo­lish de 4 h 00

Ingré­dients totaux Poo­lish Fran­çaise 1/2 Pétris­sée
Base Ingré­dients A réa­li­ser Ingré­dients A peser Ingré­dients A peser
1000 Farine 5000 g Farine 1600 g Farine 3400 g
640 Eau 3200 g Eau (1/2) 1600 g Eau 1600 g
18 Sel 90 g     Sel 90 g
12 Levure 60 g Levure :Dose : 15 g/kg 24 g Levure 36 g
30 Malt 150g     Malt 150 g
      Masse Poo­lish 3224 g Poo­lish 3224 g
1700 Masse totale 8500 g   Masse totale 8500 g
    Pétrin axe oblique
Pétris­sage 1ere V = 4 min
Pétris­sage 2e V = 10 min
T° de Base Poo­lish = 70 T° Base Pétris­sée = 56
T° Poo­lish = 25°C T° Pâte 24°C
Fer­men­ta­tion Poo­lish = 4 h00 Poin­tage en masse : 60 min
Apprêt : 1h30

Retour haut de page

 Pani­fi­ca­tion sur Poo­lish (1/3)

Durée de Fer­men­ta­tion de la Poo­lish de 4 h 00

Ingré­dients totaux Poo­lish 1/3 Pétris­sée
Base Ingré­dients A réa­li­ser Ingré­dients A peser Ingré­dients A peser
1000 Farine 5000 g Farine 1067g Farine 3933 g
640 Eau 3200 g Eau (1/3) 1067g Eau 2133 g
18 Sel 90 g     Sel 90 g
12 Levure 60 g Levure Dose : 15g/kg 16 g Levure 44 g
30 Malt 150g     Malt 150 g
      Masse Poo­lish 2150 g Poo­lish 2150 g
1700 Masse totale 8500 g   Masse totale 8500 g
    Pétrin axe oblique
Pétris­sage 1ere V = 4 min
Pétris­sage 2e V = 10 min
T° de Base Poo­lish = 70 T° Base Pétris­sée = 56
T° Poo­lish = 25°C T° Pâte 24°C
Fer­men­ta­tion Poo­lish = 4 h00 Poin­tage en masse : 60 min
Apprêt = 1h30

On remar­que­ra que pour la clar­té des cal­culs ceux-ci sont répar­tis dans 3 grandes colonnes :

  1. Les Ingré­dients totaux néces­saires à la réa­li­sa­tion de la com­mande. Le cal­cul est effec­tué à par­tir de la recette de base.
  2. La Poo­lish : Les Ingré­dients uti­li­sés pour la confec­tion de la poo­lish (L’eau de cou­lage repré­sente une frac­tion du cou­lage total).
  3. La Pétris­sée : La liste et la quan­ti­té des ingré­dients ajou­tés à la poo­lish pour réa­li­ser le pétris­sage.

Retour haut de page

Pla­ni­fi­ca­tion d’un tra­vail sur Poo­lish

Signi­fi­ca­tion des codes uti­li­sés

PO = Poo­lish Zone grise fer­men­ta­tion de la Poo­lish
P = Pétris­sage
D = Divi­sage ou Pesage ou Détaillage (Vien­noi­se­rie)
F = Façon­nage

T = Tou­rage (Vien­noi­se­rie)
C = Cuis­son

* = sto­ckage au Froid posi­tif (uti­li­sé prin­ci­pa­le­ment en vien­noi­se­rie)

** = sto­ckage au Froid néga­tif (uti­li­sé prin­ci­pa­le­ment en vien­noi­se­rie)

Retour haut de page

Méthode de fer­men­ta­tion sur pâte fer­men­tée

Cette méthode consiste à pré­le­ver de la pâte sur une pétris­sée de la veille, fer­men­tée puis sto­ckée au frais.
On incor­pore ensuite cette pâte le len­de­main dans la pétris­sée de pré­fé­rence en fin de pétris­sage.

Cette méthode est uti­li­sable pour la fabri­ca­tion du pain de tra­di­tion fran­çaise 

Carac­tères orga­no­lep­tiques du pain sur pâte fer­men­tée :

  • Le pain obte­nu pos­sède une saveur légè­re­ment aci­du­lée :
  • Le volume des pains est cor­rect,
  • La conser­va­tion du pain est de durée moyenne,
  • La croûte est modé­ré­ment épaisse et colo­rée,
  • L’acidité est per­cep­tible, mais modé­rée,
  • Le pou­voir d’imbibition de la mie est modé­ré,
  • L’alvéolage de la mie est irré­gu­lier.

http://www.technomitron.aainb.com/photo/module11/M11207_600.JPG

Carte men­tale

Retour haut de page