Scan the QR Code
 Les fours à cha­riots
Le four tun­nel
Les fours à balan­celles
Le four à sole tour­nante

 Les fours à cha­riots

  • Dans le four à cha­riot l’air chauf­fé est pro­je­té méca­ni­que­ment sur les pâtons (convec­tion for­cée).
  • Les pâtons dès le façon­nage sont dépo­sés à clair sur de fins treillis creux et arron­dis qui sont eux-mêmes dis­po­sés sur des cha­riots rou­lants pour la cuis­son.
  • Le plus sou­vent, l’air pro­pul­sé sur les pro­duits est chauf­fé au moyen d’un échan­geur.
  • Lorsque l’ap­prêt est arri­vé à son terme, le cha­riot est intro­duit dans la chambre de cuis­son, soit :
  • le four à cha­riot rota­tif tourne len­te­ment sur lui-même, entraî­né par un moteur, afin d’u­ni­for­mi­ser la cha­leur dans la chambre de cuis­son soit :
  • le four à cha­riot fixe avec inser­tion de ven­ti­la­tion pour uni­for­mi­ser la cha­leur dans la chambre de cuis­son.

Ce type de four est clas­sé dans la caté­go­rie four à sole mobile, chauf­fage indi­rect et conti­nu par recy­clage d’air.

  • Le brû­leur du foyer assure le chauf­fage d’un échan­geur,
  • L’é­chan­geur réchauffe l’air.

M09 207

  • Le ven­ti­la­teur met en mou­ve­ment l’air chaud qui cir­cule à tra­vers la chambre de cuis­son, et revient à l’é­chan­geur pour être réchauf­fé et à nou­veau recy­clé.

(Docu­ment tech­no­mi­tron) Le four à cha­riot

Retour haut de page

 Le four tun­nel

Ces fours indus­triels sont com­po­sés de chambres de cuis­son super­po­sées en formes longs cou­loirs
Les pâtons sont enfour­nés auto­ma­ti­que­ment et entraî­nés à l’autre bout de la sole métal­lique mobile.

La durée du trans­port repré­sente la durée de cuis­son cor­res­pon­dant à la caté­go­rie de pain.

Ani­ma­tion flash

(Docu­ment tech­no­mi­tron) Le four tun­nel

 Ce type de four est clas­sé dans la caté­go­rie four à sole mobile, chauf­fage indi­rect ou par­fois direct et conti­nu.
Au gaz, au fuel, ou par des pan­neaux radiants élec­trique pla­cés sur­tout sous la sole et d’autres à la par­tie supé­rieure.
Par recy­clage des pro­duits de la com­bus­tion mélan­gés à de l’air dans des radia­teurs dis­po­sés autour du tun­nel de cuis­son.
Par des tubes annu­laires (four à vapeur)

Retour haut de page

 Les fours à balan­celles

Le chauf­fage est indi­rect à recy­clage ther­mique., ils sont consti­tués par une chambre de cuis­son en forme de tun­nel.
A l’in­té­rieur des balan­celles sus­pen­dues à de grandes chaînes sont entraî­nées par des axes pla­cés à cha­cun des bouts du tun­nel.
À l’en­four­ne­ment, les pâtons sont dépo­sés sur les balan­celles qui font un cir­cuit com­plet à l’in­té­rieur du tun­nel.

La vitesse de dépla­ce­ment dans le tun­nel est variable en fonc­tion de la gros­seur ou de la caté­go­rie du pain.

Modèle d’origine 1950 (Docu­ment APCM)

Modèle actuel

Retour haut de page

 Le four à sole tour­nante

Dans le four à sole tour­nante la chambre de cuis­son est cir­cu­laire, la sole est sus­pen­due autour d’un axe cen­tral mobile que l’on tourne manuel­le­ment.
La sole pré­sente suc­ces­si­ve­ment cha­cun de ses sec­teurs devant la bouche au fur et à mesure de l’enfournement et du défour­ne­ment à la pelle.

 

Chauffe du four à sole tour­nante

Ce type de four est clas­sé dans la caté­go­rie four à sole mobile, à chauf­fage indi­rect et conti­nu.
Une par­tie en bâti tra­di­tion­nel, s’ins­pire des fours « romains » et de leur ron­deur, tout en appor­tant à la fois une touche de moder­ni­té et de tra­di­tion.

Les gaz de com­bus­tion au bois, au gaz ou au fuel, cir­culent dans des canaux en briques, qui à leur tour trans­mettent la cha­leur à la chambre de cuis­son. Le mou­ve­ment natu­rel de convec­tion des gaz brû­lés ne pénètre pas dans la chambre de cuis­son du pain.

Chauffe du four à sole tour­nante

Retour haut de page